Image
Top
Navigation
10 octobre 2014

Portrait #4 / César Durán

Aujourd’hui se profil un long trajet, nous voulons continuer notre route jusqu’à Vilcabamba, à environs 12h de bus de Baños. Nous ne savons pas quel bus prendre, à quelle heure, doit on faire une halte à Cuenca ou aller d’une traite à Vilcabamba… A 13h, une fois avoir fait nos adieux à David et Marina, nous allons nous renseigner au terminal de bus. 7h pour aller jusqu’à Cuenca, ou bien bus de nuit partant à 18h30 de Baños. Nous décidons de tenter notre première expérience de transport nocturne! Cela nous laisse l’après midi pour nous détendre! Nous allons prendre du bon temps dans un café à quelques cuadras de l’auberge pour y prendre un chocolat chaud. Une fête de quartier avec toujours la même musique assommante se déroule juste en face. Pour m’éloigner de l’agitation et du bruit assommant, je décide d’aller échanger le livre d’Erwan à la Casa Hood. Je m’installe à une table et commande un thé froid, j’ouvre mon carnet et me mets à écrire. Je me sens bien, libre, et j’observe les scènes qui se passent dans le café.

Un homme d’une soixantaine d’années discute amicalement avec le patron américain du lieu avant de s’assoir à deux tables de moi. Voyant que je lève les yeux pour voir ce qui se passe autour de moi, il me demande d’où je viens et nous commençons à discuter. Je lui explique notre projet, et il est enchanté d’y participer en apportant son portrait !

Cesar duran - 01

Cesar duran - 03

César Duràn est un homme propre sur lui, les cheveux bruns, une chemise blanche bien repassée, un pantalon noir, le regard rieur.

Il tient une hacienda entre Baños et Patate depuis 1991. Il est parti de pas grand chose et depuis, l’hacienda s’est agrandie, et se fait connaître des touristes surtout au travers d’internet. Voici d’ailleurs le site de l’hacienda : http://haciendamanteles.com

Nous parlons anglais, moi étonnée de son bon accent, lui étonné du mien. « Les français ne sont généralement pas bons en langue » me dit il en rigolant. Je lui parle de mes origines allemandes, il se met à me parler en allemand ! Je lui demande où il a apprit toutes ces langues, et il commence à me raconter son parcours.

César est un équatorien né à Guayaquil avec des origines espagnoles. Ses deux grands pères viennent d’Espagne, l’un de Barcelone, l’autre d’Extramadura. Il est allé au lycée en suisse, à Zurich, c’est de là que lui vient son allemand. Il a essayé d’apprendre le Hoch Deutsch pour communiquer plus facilement. Ses études, ils les a faites aux États Unis, un premier diplôme en ingénierie puis un autre en ressources humaines. Il me dit qu’il met en pratique tous les jours ses études, « les relations humaines c’est ça, parler avec les autres, les découvrir, échanger…« . Il me demande ce que j’ai étudié, quand je lui répond architecture, il s’exclame que c’est un métier magnifique. Sa fille est elle même architecte, diplômée de l’Université de Pennsylvanie. Elle tient aujourd’hui une agence à Quito et construit un peu partout en Equateur. Il me tend sa carte de visite et me note son adresse personnelle en me disant qu’il pouvait me mettre en contact avec sa fille pour parler d’architecture.

Il me pose des questions sur Paris qu’il a déjà visité et beaucoup aimé. Combien coûte un logement à Paris, est ce que je peux lui trouver une simple chambre, avec un lit et une lampe, c’est tout ce dont il a besoin. Il voudrait venir 3 mois à Paris pour apprendre le français. Si jamais une occasion se présente, je dois l’en informer. Si certains d’entre vous ont des pistes, je me ferai une joie de les lui transmettre !

Je vais pour échanger un livre et payer mon thé. En retournant à ma place, je vois deux pièces de 1 $ flambant neuves sur mon cahier encore ouvert. « Il y en a une pour toi et une pour ton copain, pour vous porter chance pendant votre voyage ».

Cesar duran - 04

Je le remercie chaleureusement. Nous avons tout juste le temps de prendre quelques photos avant que je parte pour retrouver Erwan au bus.
Il me souhaite bon voyage et me dis qu’il suivra nos aventures ! Encore une belle personne que nous croisons sur notre route…

Commentaires

  1. Cesar Duran

    Thank you for the nice words.

    Keep in touch.

    See you in Paris.

    Cesar

Laisser un commentaire