Image
Top
Navigation
24 septembre 2014

Portrait #2 / Vinicio Araque

Vinicio sera notre guide pour la journée pour notre randonnée au Cotopaxi.

Nous montons dans sa camionnette rouge qu’il a surnommé d’un prénom féminin dont je ne me souviens plus.
Il nous raconte l’histoire du Cotopaxi et de ses diverses éruptions. Plusieurs de moindre importance eurent lieu entre 1741 et 1744, mais la plus grande et meurtrière éruption fut celle de 1877. La formation d’un tsunami de lave et de neige fondu, les lahars, a enseveli la ville de Latacunga en surprenant ses habitants pendant la nuit.
Le Cotopaxi est un volcan explosif, ce sont les plus dangereux. Les vulcanologues avaient prédit une éruption pour 2007 qui n’a jamais eu lieu, nous ne sommes donc pas a l’abri que le volcan se réveille soudainement. C’est pourtant bien celui là que nous allons gravir en partie !

Vinicio nous parle de la montagne comme d’une femme. Il l’aime et ne s’ennuie jamais d’elle. Bien qu’il gravisse tous les jours le Cotopaxi, il nous dit à quel point chaque jour est une nouvelle découverte au milieu de ses montagnes.
« Si je meurs, je mourrais au milieu des montagnes »

Je lui pose des questions au sujet des études nécessaires pour être guide : 3 ans à l’université où plusieurs cours sont dispensés : géologie, vulcanologie, géographie, premiers secours… Une fois obtenu, le diplôme permet d’être guide, mais uniquement dans… les églises. Pour de spécialiser, il faut une nouvelle formation pour chaque montagne, et pendant 3 mois, le savoir sera transmit par des alpinistes formateurs français, il paraît que ce sont les meilleurs!

Vinicio a obtenu sont diplôme il y a 12 ans et s’est spécialisé dans plusieurs volcans et zones géographiques : le Cotopaxi, le Chimborazo, Los Ilinizas, et le parque national Sangay.
Son volcan préféré, celui de Sangay. On y accède par un trek en pleine forêt, un semblant d’Amazonie, puis au milieu de toute la végétation surgit d’un coup le volcan encore actif. Il paraît que la nuit, quand on a de la chance, on peut le voir cracher des flammes.

Portrait Vinicio-001
Portrait Vinicio-004

Depuis 4 ans, une loi est passée interdisant l’accès au parc sans guide officiel. Vinicio nous explique qu’avant, l’entrée au parc du Cotopaxi était de 10$, mais beaucoup de personnes tentaient l’ascension du Volcan seuls et non préparées, causant un nombre trop important d’accidents graves voir mortels. Depuis cette loi, il n’y a plus de droit d’entrée mais obligation de gravir avec un guide ! L’activité s’est du coup beaucoup développée et a permis de faire fonctionner ce secteur économique. D’ailleurs, notre guide a ouvert sa propre agence avec son père depuis 2 ans, et il essaye peu à peu de se faire connaitre et était ravi d’entendre que nous allions écrire un article sur lui !

Vinicio

Si jamais vous passez par là, voici son adresse pour négocier des prix plus intéressants que les agences en ville :
Vinicio Araque
Calle Quito y Juan Abel Echeverria,
Edificio Julio Sampedro
Latacunga.
vinitours@hotmail.com
0984042428

Commentaires

  1. jolie idée d’article. Si je peux vous donner un conseil, étant moi meme fan de portraits,, c’est toujours plus intéressant d’inclure un portrait dans une histoire que l’on raconte, d’essayer de montrer comment ce type a influencé votre aventure ( donc de préférence quelqu’un avec lequel vous avez vécus des trucs cools ! )

    Bonne continuation !

    • Merci pour ton tuyau ! Notre démarche pour ces premiers portraits est de mettre en avant les habitants des pays que l’on traverse, mais c’est vrai qu’ils ont tous leur part d’influence sur notre route !
      On y pensera pour les prochains portraits 😉

Laisser un commentaire